« La conservation des ressources naturelles ou du moins la gestion durable de ces ressources doit occuper une place de choix dans la planification globale du développement du Kenya. Elle doit à long terme enrayer la pauvreté, la malnutrition et le sous développement du pays. »

Wangari Maathai, Kenya- prix Nobel de la Paix 2004


Donnez du sens à votre temps libre, partez en mission avec Sens Solidaires pour protéger tous ensemble notre biodiversité planétaire ! De nombreux bénévoles ont déjà fait le pas…. Alors n’attendez plus et venez découvrir le bonheur de faire des actions utiles et responsables ! Sans être professionnel de l’humanitaire ou de l’aide au développement, chacun possède une compétence, un savoir-faire professionnel ou personnel utile à autrui.

Suite au diagnostic concernant les besoins des communautés Taita et Masai lors de notre mission de février 2019 au Kenya, nous cherchons à nouveau des volontaires pour la mission de cet été   L’objet de la mission est le suivi des projets générateurs de revenus mis en place dans les écoles et les CBO pour développer la production du papier recyclé en bouse d’éléphants. Autour du projet vous vivrez une expérience unique avec les communautés locales dans des lieux magiques à la rencontre de la faune sauvage. Ne réfléchissez plus, regardez plutôt les vols pour le Kenya !

Nos premiers sites de mission : La Réserve de Shimba Hills

Créée en 1968, couvre une superficie de 19 251 hectares. Cette réserve est gérée par le « Kenya Wildlife service ». On observe de nombreux éléphants, buffles, girafes, léopards, hyènes et surtout l’antilope des sables.

Le Sanctuaire de Mwaluganje

En 1992, les partenaires de la protection de l’environnement (KWS, Forestry department, USAID, Eden Wildlife trust…) ont convaincu les populations locales, après maintes négociations, de louer leur terre pour la création du Sanctuaire. En contre partie les populations allaient récupérer l’argent des entrées des touristes. Le Sanctuaire est adapté à la migration des Pachydermes par son corridor naturel parcouru par la rivière « Manolo » qui réduit les conflits avec les populations et augmente la surface d’habitat des pachydermes. Le Sanctuaire de Mwaluganje communique avec la Réserve de Shimba Hills.

Nos bases de missions 2019 : Le Sanctuaire de LUMO – Parc Tsavo

LUMO Community Wildlife Sanctuary a vu le jour en 1997, un mémorandum d’accord (protocole d’entente) a été signé par les trois ranchs de la zone des Taita Hills, établissant officiellement le Sanctuaire de la faune de la communauté LUMO.La région est riche en diversité animale avec plus de 102 animaux dont 61 sont de grands mammifères et plus de 350 espèces d’oiseaux enregistrées. Lumo fait partie du corridor historique de migration des éléphants reliant l’écosystème Tsavo aux collines de Shimba dans le comté voisin de Kwale. Les vues sont étonnantes depuis le lodge (Lion Bluff) s’étendant vers les montagnes de la Tanzanie et le Mt. Kilimanjaro. Dans le sanctuaire, on peut apercevoir le « Lion Rock » qui délimite le sanctuaire de Lumo et le sanctuaire de Sarova. Sarova est d’ailleurs bien plus petit que Lumo.La particularité du sanctuaire de Lumo est le Melanistic, chat noir, visible uniquement à Lumo. Le sanctuaire de Lumo est situé dans les terres du Kenya à 380km de Nairobi, 200km de Mombasa et 51km de Voi. Concernant la géographie de la région, les montagnes les plus élevées sont les montagnes « Taita », qu’il est possible de monter en une demi journée. Le sanctuaire ne possède pas de source ou de rivière mais dispose d’eau en souterrain, la population doit donc creuser des puits pour récupérer de l’eau.La saison des pluies dans la région commence en Mars et se termine en Mai et la deuxième se situe durant le mois de Novembre et de Décembre. Quant à la saison chaude, elle dure de Janvier à Février et de Septembre à Novembre.

La communauté de Lumo est composé de 5 villages qui sont également les 5 villages les plus proches du sanctuaire : Msorongo, Mwashoti, Maktau, Mwashuma et Bura. Au total, environ 2500 personnes y vivent.Le tourisme mis en place dans cette zone est principalement sous forme de safaris (game drive) mais aussi sous forme d’écotourisme comme avec de la randonnée (trecking), du repérage d’insectes ou d’arbres ou bien des patrouilles dans la brousse à pied accompagné de rangers. La population vit essentiellement grâce à l’agriculture et à l’élevage. Il y a de petits commerçants mais c’est une minorité couturière, épicier, mécanicien….

Les conflits entre la faune sauvage et les humains dans la zone : les troupeaux de vaches empiètent le territoire de la faune sauvage dans le Sanctuaire. Il faut verbaliser les éleveurs devenus nombreux et repousser les troupeaux avec le 4X4. Il n’y a pas de barrière électrique pour protéger les villages, les éléphants peuvent donc venir dans les villages. Il est très fréquent que les éléphants détruisent les plantations des villageois. Après le passage des éléphants, il n’y a plus de culture, ce qui pose problème aux villageois car ils n’ont plus rien pour manger ou vendre.  Lorsque les villageois n’ont plus aucune culture, le gouvernement n’offre aucune compassion aux habitants pour qu’ils puissent continuer à se  nourrir. Le deuxième problème des éléphants concerne les enfants. La majorité des enfants doivent marcher environ 4km à pied pour atteindre leur école. La route est plus que dangereuse car ils peuvent rencontrer à tout moment un éléphant et se faire charger. Lorsque les éléphants sont sur le chemin pour l’école, les enfants sont obligés de ne pas aller à l’école et doivent rester chez eux pour éviter les risques.Il y a des solutions notamment avec les barrières électriques qui entourent tout le campement mais pas les villages alentours. Il faut constamment restaurer les barrières puisque les éléphants les détruisent régulièrement.Les menaces sur l’environnement dans cette zone concernent le manque de pluie et la déforestation.

Programme

Donnez du sens à votre temps libre, partez en mission avec Sens Afrique Solidaire ! De nombreux bénévoles ont déjà fait le pas….Alors n’attendez plus et venez découvrir le bonheur de faire des actions utiles et responsables ! Sans être professionnel de l’humanitaire ou de l’aide au développement, chacun possède une compétence, un savoir faire professionnel ou personnel utile à autrui.

Nous organisons des missions de volontariat quatre fois par an (deux en hiver et deux en été)

Sachez que la nature exacte du travail que vous allez effectuer dépendra des besoins et des priorités demandés par le Sanctuaire, l’école et les communautés à cette période précise. En tant que volontaire, il est important de rester flexible et de garder dans l’esprit que parfois les priorités et/ou les urgences peuvent surgir et que par conséquent vos fonctions peuvent changer rapidement. Mais pour certains bénévoles et selon vos champs de compétences vos tâches seront défini avant départ.

Exemple d’un Programme…

Jour 1 : Transfert depuis l’aéroport  à la base « Sens Afrique Solidaire »  – déjeuner – Installation dans votre chambre, briefing et orientation avant le dîner.

Jour 2 :le matin, après des recommandations sur la sécurité vis à vis de la faune (qui errent librement dans le secteur), formation sur l’observation de la faune dans le sanctuaire. Rencontre avec notre référent local  puis visite de la communauté locale, les écoles et les comités concernés dans le projet .

Jour 3-6 : programme des volontaires : 4 jours enrichissants en participant à notre programme de développement.

le week-end :le volontaire à « quartier libre », mais sur les conseils de son coordinateur, il pourra visiter les Sanctuaires (Renseignement sur le comportement des Pachydermes et les menaces faisant face à cet animal étonnant), le Parc Stavo plus grand parc animalier d’Afrique géré par le Kenya Wildlife Service (rencontre de la faune sauvage : les éléphants, girafes, buffles, lions, zèbres, gazelles, hippopotames, oiseaux, …), le Parc Amboseli au pied du Kilimandjaro ou visite de la côte océanienne de Mombasa, sans oublier la découverte des coutumes et traditions des autochtones.

Jour 09 –13 : programme volontaire : derniers jours pour terminer le programme de développement avec les communautés.

Jour 14 : la séparation avec la Communauté et transfert vers l’aéroport .

Santé : Il faut juste être en bonne forme physique. Un certificat médical de la part de votre médecin sera demandé.

Compétence : Selon vos champs de compétences, nous vous plaçons sur une de nos missions mais aucune des activités n’exigent un niveau de qualification spéciale. Maîtriser la langue anglaise est un plus. Nous nous attachons à votre engagement et votre savoir être. Si vous êtes intéressé, nous organisons des entretiens individuels puis une formation à la préparation avant départ,

merci de contacter : contact@sensolidaire.org

Exemple de projets réalisés avec des partenaires et le Kenya Wildlife Service

2005: Visitors Centre, Campsite, EDP Factory – Construction du centre des visiteurs, le camping et aide à la construction de l’atelier de papier d’Éléphants.

2006 : Signalisation – Aide à l’installation de la signalisation du Sanctuaire pour encourager plus de visiteur à venir.

2007: Éducation sur l’ environnement – Continuation du programme de l’école primaire, sensibilisation à la nature par la création d’activités innovantes.

2008 : comptage de la faune

2010 : Plantation d’arbres

2013 : Formation à la Fabrication du Papier recyclé en Bouse d’éléphant au Sanctuaire de Lumo

2014 : Mise en route des correspondances avec l’Ecole de Maktau

2015 : Campagne de vermifuge pour le bétail domestique

2016 : diagnostique pour l’installation du jardin potager en permaculture dans l’École de Maktau

2017 : recensement de la Faune sauvage et reboisement

2018-19  :  Formation des étudiants Taita et des Masai à la Fabrication du papier recyclé en bouse d’éléphant

Coût de la mission

Coût d’une mission (hors billet d’avion) :

   1500 EUROS + 25 EUROS D’ADHÉSION SOIT 610 EUROS APRÈS DÉDUCTION FISCALE.

Les frais de missions sont déductible des impôts. Article 200 et 238 bis du code général des impôts.

La durée de la mission: 10, 15 jours à 1 mois maximum.

Lors de votre mission de volontariat , SAS se charge du transfert de l’aéroport à sa base de mission, de votre encadrement lors de la mission solidaire auprès des communautés, des nuitées, des repas matin , midi et soir et des transports locaux.

Les coûts annexes approximatifs de la mission : billet d’avion (600 euros), Visa (40 euros), vaccins et médicaments obligatoires (100 euros). Ces frais attachés à la mission sont déductibles des impôts. SAS organise une formation journée de pré-départ obligatoire soit à distance ou dans nos bureaux. La formation est dispensée par des diplômés de la solidarité internationale (Institut humanitaire Bioforce Lyon).

Nous organisons des missions de courte durée pour permettre une immersion efficace sur les projets communautaires qui vous seront confiés. Ensuite libre à vous de prolonger votre séjour à la découverte du pays. Les frais des activités le week-end sont à votre charge, compter 100 euros pour l’entrée dans la réserve avec une voiture privée et un guide local expérimenté.

Pensez à vos assurances remboursement ou/et rapatriement.

N’hésitez pas à me joindre pour tout autre renseignement. Bonne préparation à la mission!

Delphine Thibaut
téléphone : 06 73 76 60 13
contact@sensolidaire.org

Informations
Pratiques

Formalité :

Vous aurez besoin de votre passeport en cour de validité (+ de 6 mois). Visa obligatoire avec possibilité d’obtention à l’arrivée pour certains pays.

Conseil pour les compagnies aériennes pour vous trouver le meilleur prix: swiss +, KLM, Ethiopian Airlines..

Santé :

Vaccin Fièvre jaune obligatoire, un traitement anti-paludéen doit être prescrit par votre médecin traitant,vos médicaments habituels, une protection solaire, lunette de soleil, un désinfectant local, un médicament contre les problèmes intestinaux, un antibiotique polyvalent, un collyre, un antalgique, des pansements, des comprimés pour purifier l’eau. Répulsif contre les moustiques.

Base des missions

BASE SAS AU SANCTUAIRE DES TAITA HILLS – STAVO

Mission au Sanctuaire de LUMO, situé au Porte du Parc Stavo. Plus grand Parc animalier d’Afrique. Nous travaillons en étroite collaboration avec les rangers, les gardes de sécurité : Patrouilles (détection -suppression des pièges posés par les braconniers), observation et comptage de la faune sauvage,  construction de points d’eau, abreuvage, campagne de vermifuge.Intervention dans les écoles, développement d’activités génératrices de revenus et projet de jardin en permaculture.

ECO CAMP AMBOSELI, KENYA

 SITE EN PLEINE NATURE POUR UNE BONNE IMMERSION AU PROJET

Le site se situe au pied du Kilimandjaro, proche du Parc d’Amboseli. Le camp est géré par la Communauté Masai, suite à l’appui financier de l’organisation « Interactions and Solidarity » de Monaco. Notre mission est d’appuyer des projets générateurs de revenus pour renforcer leur autonomie en lien avec la préservation de la biodiversité.