Origine du projet…..

En 2003, Le « Kenya Wildlife Service » nous charge d’une étude visant à réhabiliter le tourisme dans la région de Kwale.

Le tourisme solidaire est  l’une des solutions qui va permettre de pérenniser la Réserve de Shimba Hills et le Sanctuaire de Mwaluganje. En effet le principal problème posé par la présence des réserves est lié aux dégâts causés par les éléphants qui quittent le territoire à la recherche de nourriture. La surface des réserves n’étant plus suffisante aux besoins des pachydermes ceux-ci envahissent les terres des communautés limitrophes malgré la présence des barrières électrifiées.

Nous avons d’abord mis au jour les dysfonctionnements du Sanctuaire de Mwaluganje et de la Réserve de Shimba Hills puis nous avons présenté des solutions pour remédier aux conflits entre les locaux et les éléphants.

A-  Les dysfonctionnements :

– Les pachydermes détruisent les barrières électrifiées (installées par Eden Wildlife Trust) avec leurs défenses car leur habitat est devenu trop étroit. Les éléphants piétinent les cultures et sont responsables de plusieurs accidents mortels.
– Une nouvelle mesure de rétention est réalisée par les scientifiques du KWS : l’installation d’une barrière végétale (sur 4km) composée de piments et diverses plantes associé à des ruches dont le but est de repousser les éléphants.

Solution positive mais trop onéreuse, il reste 116 km de périmètre à recouvrir et il faut compter 10 ans pour que les plants de la Buffer Zone soient opérationnels. Le KWS recherche des fonds.

B – Les solutions déjà mis en place :

– Les scientifiques du KWS déplacent des familles de pachydermes dans la réserve de Tsavo Ouest par camion et développent un système contraceptif pour les femelles.
– La volonté des organismes environnementaux est de mettre en place une dynamique de création d’emplois autour de la conservation des éléphants. L’argent des entrées des visiteurs n’est pas suffisant. Il faut multiplier la venue des visiteurs dans la région et développer des activités écotouristiques porteuses d’un intérêt financier pour les locaux afin de freiner les conflits et retrouver une harmonie avec leur écosystème.

« Sens Solidaires » en Partenariat avec le Sanctuaire  à contribué à la construction d’une fabrique de Papier recyclé à partir des bouses d’éléphants. Grâce à des fonds privés et la mobilisation de l’équipe en France et au Kenya.

Mais le développement de l’atelier reste un microprojet en raison de fonds financiers insuffisant. Autour de ce projet économique, nous avons mis en place des missions de volontariat pour appuyer les projets de nos partenaires locaux tel que l’entretien des Sanctuaires, patrouiller face aux braconniers, le comptage de la faune, éducation dans les écoles, formations adultes…

Depuis 2011, le constat est que le projet se développe et nous cherchons de nouveaux  partenaires pour pérenniser et déployer davantage nos diverses actions.

En 2013,  nous avons modélisé notre concept avec le Sanctuaire de LUMO, situé au cœur du Parc Stavo (le plus grand parc animaliers d’Afrique, superficie de  l’État d’Israël).

En 2014 nous avons mis en route un partenariat avec la Fondation Millenium Elephant au Sri Lanka pour soigner les éléphants domestiques maltraités et les conflits Hommes/éléphants sauvages.

En 2015 nous avons appuyer des projets en Amazonie pour freiner la déforestation et protéger les derniers singes.

Aujourd’hui en 2017 nous rayonnons sur les 3A : Afrique, Asie et  Amazonie où nous travaillons nos sens… un sens plus solidaire pour protéger la biodiversité de notre Planète.

 

.